La fille sans peau

Un roman de Mads Peder Nordbo publié chez Actes Sud

la fille sans peau couv

Nuuk, Groenland, 2014. Une découverte sensationnelle fait frémir la petite communauté : le corps d’un viking est extrait de la glace, en parfait état de conservation. Mais le lendemain, le cadavre a disparu et on retrouve l’agent de police qui montait la garde nu et éviscéré comme un poisson. L’épouvantable procédé résonne funestement avec des affaires de meurtres non élucidées vieilles de plus de quarante ans.

Continuer à lire … « La fille sans peau »

Sacrifices

Un roman d’Ellison Cooper publié aux éditions Cherche midi

sacrifices couv

Neuroscientifique, spécialiste du comportement des psychopathes, Sayer Altair est appelée d’urgence par le FBI. On vient de retrouver des ossements humains dans une grotte perdue du parc national de Shenandoah. Un tueur semble y déposer ses victimes depuis des décennies. Lorsque l’affaire est reliée à la disparition inquiétante d’une femme et de sa petite fille quelques mois auparavant, une course contre la montre s’engage pour les retrouver avant l’issue fatale.

Continuer à lire … « Sacrifices »

Dans la gueule de l’ours

Un roman de James A. McLaughlin publié aux éditions Rue de l’échiquier – Fiction

dans la gueule couv

Criminel en cavale, Rice Moore trouve refuge dans une réserve des Appalaches, au fin fond de la Virginie. Employé comme garde forestier, il cherche à se faire oublier du puissant cartel de drogues mexicain qu’il a trahi. Mais la découverte de la carcasse d’un ours abattu vient chambouler son quotidien : s’agit-il d’un acte isolé ou d’un braconnage organisé ?

Continuer à lire … « Dans la gueule de l’ours »

Une famille presque normale

Un roman de M.T. Edvardsson publié chez Sonatine éditions

une famille presque normale couv

Il n’existe pas de famille normale.

Faites connaissance avec la famille Sendell. Le père, Adam, est un pasteur respecté dans la petite ville de Lund, en Suède. Sa femme, Ulrika est une brillante avocate. Leur fille, Stella, dix-neuf ans, s’apprête à quitter le foyer pour un road trip en Asie du Sud-Est. C’est une famille normale, une famille comme les autres. Et comme toutes les autres familles de la ville, les Sendell sont horrifiés quand un important homme d’affaires, Christopher Olsen est retrouvé assassiné. Ils le sont plus encore quand, quelques jours plus tard la police vient arrêter Stella. Comment pouvait-elle connaître Olsen, et quelles raisons auraient pu la pousser à le tuer ? Il ne peut s’agir que d’une erreur judiciaire.

Dans ce récit en trois parties, chacun des membres de la famille tente à son tour de recomposer un puzzle dont il n’a pas toutes les pièces. C’est d’abord Adam qui s’exprime, puis Stella, et enfin Ulrika. Chaque fois, de nouvelles perspectives se font jour, la version précédente est remise en question, la vérité s’échappe. La seule évidence qui s’impose très vite, c’est qu’il n’existe aucune famille  » normale « .


Lorsque l’on devient parent, on comprend que l’on va devoir faire face à plein de questions sans réponses mais on ressent aussi une certitude : on serait prêt à tout pour eux. Pour les sauver du danger.

Adam et Ulrika Sandell sont pareils. Alors, lorsque leur fille unique, Stella, est accusée de meurtre, leur seul but est de la sortir de cet enfer.

Eux dont leur vie qui semblait si parfaite vole en éclat.

Pourtant le tableau semblait idyllique : un époux pasteur, une femme avocate brillante, une fille unique de 19 ans qui rêve d’un voyage en Asie.

Pourtant, aucune vie n’est parfaite, et la leur ne fait pas exception. Adam et son besoin obsessionnel de contrôle, Ulrika qui jongle avec difficulté entre sa vie professionnelle et sa vie de maman, Stella impulsive et incontrôlable.

Polar à trois voix, celle du père, de la fille et de la mère. Mais surtout polar très réussi.

Les pages défilent, successions de courts chapitres, le besoin de comprendre, d’en savoir plus est là. Impérieux.

Au-delà de l’enquête à proprement parler, l’auteur explore avec talent les relations familiales. Ces moments où, malgré les bonnes intentions, les parents faillissent. Lorsqu’ils ne comprennent pas leur enfant ou que celle-ci semble si difficile à aimer.

Mais ne parler que de cela reviendrait à occulter la célébration de l’amitié décrite par l’auteur à travers le lien entre Stella et sa meilleure amie Amina.

Lorsque les mots ne sont plus nécessaires pour se comprendre. Lorsque chacune fait ressortir le meilleur de l’autre.

En bref, vous l’aurez compris, j’ai adoré et je vous le recommande.

Dans la matinée du dimanche, je me suis retrouvé dans une pièce au mobilier spartiate du commissariat de police, à attendre d’être interrogé. On m’avait servi un gobelet de café fort, les minutes étaient lentes, pénibles, et ma peau me démangeait. La commissaire qui a fini par arriver s’appelait Agnes Thelin et avait une expression conciliante dans le regard. Elle a prétendu saisir exactement ce que je devais ressentir. Elle avait elle-même deux fils de l’âge de Stella.

 » Je comprends votre crainte et votre tristesse.

-Ce ne sont pas les mots que j’utiliserais. »

Avant tout, j’étais en colère. Cela semble étrange, en tout cas maintenant, après-coup, mais je devais me trouver dans une phase de choc aiguë. J’avais mis l’angoisse et le chagrin en attente pour me concentrer sur ma survie, sur la survie de ma famille. J’allais nous sortir de là.

Sous les eaux noires

Un roman de Lori Roy publié aux éditions du masque

sous les eaux noires couv

Lorsque, à la fin du lycée, Lane Fielding a fui Waddell, sa ville natale au fin fond de la Floride, pour l’anonymat de New York, elle s’est juré de ne jamais y revenir. Pourtant, vingt ans plus tard, fraîchement divorcée et mère de deux filles, elle se retrouve contrainte de retourner vivre chez ses parents, sur la plantation historique de la famille. Un lieu hanté par le passé et les crimes sinistres de son père, ancien directeur d’une maison de correction.

Continuer à lire … « Sous les eaux noires »

Notre part de cruauté

Un roman d’Araminta Hall publié aux éditions Préludes

notre part de cruauté couv

Leur histoire d’amour est terminée.
Le jeu ne fait que commencer. Traumatisé par une enfance difficile, Mike Hayes menait une existence paisible, bien que solitaire, jusqu’au jour où il a fait la connaissance de Verity Metcalf. Verity lui a tout appris de l’amour et, en échange, Mike a consacré sa vie à la rendre heureuse. Il lui a trouvé sa maison, son travail, et il s’est sculpté le physique que Verity considère comme idéal. Il sait qu’ensemble ils connaîtront le bonheur. Continuer à lire … « Notre part de cruauté »

Mon territoire

Un roman de Tess Sharpe publié aux éditions Sonatine

mon territoire couv

À 8 ans, Harley McKenna a assisté à la mort violente de sa mère. Au même âge, elle a vu son père, Duke, tuer un homme. Rien de très étonnant de la part de ce baron de la drogue, connu dans tout le nord de la Californie pour sa brutalité, qui élève sa fille pour qu’elle lui succède. Mais le jour où Harley est en passe de reprendre les rênes de l’empire familial, elle décide de faire les choses à sa manière, même si cela signifie de quitter le chemin tracé par son père.

Continuer à lire … « Mon territoire »

Le couteau

Un roman de Jo Nesbo publié chez Gallimard – série noire

le couteau couv

La femme de sa vie l’a quitté et Harry a recommencé à boire. Il a certes réintégré la police criminelle d’Oslo, mais est cantonné aux cold-cases alors qu’il rêve de pouvoir remettre sous les verrous Svein Finne, ce violeur et tueur en série qu’il avait arrêté il a y une dizaine d’années et qui vient d’être libéré. Outrepassant les ordres de sa supérieure hiérarchique, Harry traque ce criminel qui l’obsède.Mais un matin, après une soirée bien trop arrosée, Harry se réveille sans le moindre souvenir de la veille, les mains couvertes de sang. Le sang d’un d’autre. C’est le début d’une interminable descente aux enfers : il reste toujours quelque chose à perdre, même quand on croit avoir tout perdu.

Continuer à lire … « Le couteau »

Demain c’est loin

Un roman de Jacky Schwartzmann publié aux éditions Points

demain c'estloin couv

« J’avais un nom de juif et une tête d’Arabe mais en fait j’étais normal. » Voici François Feldman, originaire de la cité des Buers à Lyon, plus tout à fait un gars des quartiers mais n’ayant jamais réussi non plus à se faire adopter des Lyonnais de souche, dont il ne partage ni les valeurs ni le compte épargne. Il est entre deux mondes, et ça le rend philosophe. Juliane, elle, c’est sa banquière. BCBG, rigide et totalement dénuée de sens de l’humour, lassée de renflouer le compte de François à coups de prêt. « Entre elle et moi, de sales petites bestioles ne cessaient de se reproduire et de pourrir notre relation, ces sales petites bêtes contre lesquelles nous ne sommes pas tous égaux : les agios. » Continuer à lire … « Demain c’est loin »