The underground railroad

Un roman de Colson Whitehead publié chez Doubleday

the underground railroad

 

Note : 18/20

A lire si : vous aimez les romans coup de poing qui vous prennent aux tripes et vous arrachent des larmes

A éviter si : et bien non, lisez le ! 

Ce roman est un des titres phares de la rentrée littéraire et cela est vraiment justifié !
L’esclavage y est décrit dans toute son horreur, contrairement à « Gone with the Wind » – autant en emporte le vent – qui dépeignait plutôt la situation des esclaves de maison du point de vue d’une famille du sud. Ici il faut avoir le cœur bien accroché, les plantations du sud ayant un goût d’enfer, les maîtres sont terribles et les autres esclaves peuvent l’être tout autant.
Cora décide de s’enfuir avec Caesar et on partage avec eux ces moments terribles d’angoisse, cette fuite qui semble impossible….
Au-delà du destin de Cora, se dessine le destin de toutes ces personnes brutalisées, torturées, brisées par l’esclavage.
L’auteur a pris le parti pris de dépeindre le chemin de fer souterrain au sens littéral du terme ce qui ne m’a pas dérangé car au final peu importe comment les gens passaient d’un point à un autre du réseau mais grâce à qui ils le faisaient et dans quel état d’esprit.
Si l’esclavage dans sa forme la plus brutale est relaté, l’auteur n’oublie pas pour autant de traiter d’une autre forme d’esclavage beaucoup plus pernicieuse dans laquelle les esclaves en fuite sont bien mieux traités physiquement que dans les plantations mais ne sont pas mieux considérés au final.
Ce roman dépeint aussi ces gens qui au péril de leur vie et de celle de leur famille ont aidé les esclaves en fuite, sans oublier les délateurs, les chasseurs de primes qui ne considéraient pas les esclaves comme des êtres humains mais comme du bétail.
C’est un roman historique, cependant son propos trouve encore de nombreux échos dans notre société actuelle, ceci rend ce roman encore plus puissant et indispensable.
Le style de l’auteur est plaisant, direct mais moi qui ai l’habitude de lire des romans en V.O j’ai quand même dû aller chercher quelques termes dans le dictionnaire, je dirais donc qu’en version originale il faut un bon niveau pour apprécier les subtilités du propos de l’auteur.

 

 

4 réflexions sur « The underground railroad »

  1. Tu as bien de la chance d’avoir su l’apprécier ! Je reconnais que la thématique est forte, et que la trajectoire des personnages est intéressante… mais je ne sais pas, la forme , l’objectivité m’ont fait passer à côté. Peut-être ai-je besoin d’une 2e lecture !

    J'aime

    1. C’est vrai que j’ai lu pas mal de critiques reprenant ce qui t’as dérangé comme l’objectivité, le côté un peu froid du roman. Après, il est difficile de plaire (ou de déplaire) à tout le monde 😉

      J'aime

  2. Je n’ai pas encore pris le temps de lire la presse à ce sujet. En tout cas je pense encore à cette histoire, à cette lecture : mon avis n’est pas clair…J’aimerais surtout entendre l’auteur.
    Je me dis aussi que je comprendrais le parti pris suivant : pas de bons sentiments / pas de pathos / c’est pas la case de l’oncle Tom ici 😂
    À suivre…

    J'aime

    1. Ah c’est sur que niveau larmoyant La case de l’oncle tom est quand mal assez terrible. Après ce qui m’avait dérangé dans ce classique, c’est le côté trop « je tends l’autre joue » de Tom (même si je pense avoir lu une version expurgée du roman).

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s