La nuit tombée sur nos âmes

Un roman de Frédéric Paulin publié aux éditions Agullo

Gênes, juillet 2001. En marge du G8, 500 000 personnes se sont rassemblées pour refuser l’ordre mondial des puissants. Parmi les contestataires, Wag et Nathalie, venus de France grossir les rangs des altermondialistes. Militants d’extrême-gauche, ils ont l’habitude des manifs houleuses et se croient prêts à affronter les forces de l’ordre. Mais la répression qui va se déchaîner pendant trois jours dans les rues de la Superbe est d’une brutalité inédite, attisée par les manipulations du pouvoir italien qui joue les apprentis-sorciers.

Continuer à lire … « La nuit tombée sur nos âmes »

Le saut d’Aaron

Un roman de Magdaléna Platzova traduit par Barbora Faure et publié aux éditions Agullo

Dans l’Europe des années vingt et trente, déchirée par la guerre et la révolution, la jeune Berta Altmann cherche sa voie en tant qu’artiste et femme indépendante. Sa quête de liberté la conduira de Vienne à l’école du Bauhaus, de Weimar à Berlin et jusqu’à Prague. La rencontre et la confrontation intellectuelle avec les artistes célèbres de son temps la poussent à s’engager dans des combats esthétiques et idéologiques à une époque où ceux-ci représentent des choix à la vie à la mort.

Continuer à lire … « Le saut d’Aaron »

Les dévastés

Un roman de Théodora Dimova traduit par Marie Vrinat publié aux éditions des Syrtes

Le 9 septembre 1944, un coup d’Etat est perpétré par le Front de la patrie, soutenu par l’Armée rouge qui pénètre dans une Bulgarie alliée de l’Allemagne nazie, traumatisée par les années de guerre. C’est la terrible épuration qui suit l’arrivée au pouvoir des communistes et ses stigmates que Théodora Dimova explore dans Les Dévastés.

Continuer à lire … « Les dévastés »

Récits ultimes

Une roman d’Olga Tokarczuk traduit par Grazyna Erhard publié chez le livre de Poche

Ida, Parka et Maya sont trois femmes d’une même famille qui vont, chacune, devoir affronter les tourments de la condition humaine. Ida, tout d’abord, qui, après un accident de voiture en pleine nuit, trouve refuge chez un vieux couple. Près de leur maison, elle découvre une grange servant de mouroir à des animaux malades. Elle songe alors à sa propre fin, inéluctable.

Continuer à lire … « Récits ultimes »

Derniers témoins

Un livre de Svetlana Alexievitch traduit par Anne Coldefy-Faucard et publié aux éditions 10/18

De tous les textes de Svetlana Alexievitch, celui-ci est le plus déchirant. Car qu’y a-t-il de plus terrible que l’enfance dans la guerre, de plus tragique que l’innocence soumise à l’abjection de la violence et de l’anéantissement ? Les personnages de ce livre ont entre trois et douze ans. Garçons et filles, ils ont grandi au cœur des ténèbres du plus inhumain des conflits, cette Seconde Guerre mondiale dont les plaies restent toujours béantes soixante ans après.

Continuer à lire … « Derniers témoins »

Madame Bovary

Un roman de Gustave Flaubert publié chez GF FLAMMARION

Emma maigrit, ses joues pâlirent, sa figure s’allongea. Avec ses bandeaux noirs, ses grands yeux, son nez droit, sa démarche d’oiseau, et toujours silencieuse maintenant, ne semblait-elle pas traverser l’existence en y touchant à peine, et porter au front la vague empreinte de quelque prédestination sublime ? Elle était si triste et si calme, si douce à la fois et si réservée, que l’on sentait près d’elle pris par un charme glacial, comme l’on frissonne dans les églises sous le parfum des fleurs mêlé au froid des marbres…

Continuer à lire … « Madame Bovary »

Le temps qu’il fait à Middenshot

Un roman de Edgar Mittelholzer, traduction par Jacques et Jean Tournier révisée par les éditeurs et publié aux éditions du Typhon

À Middenshot, quand le vent cesse enfin de hurler, c’est le tumulte intérieur qui prend le relai. Depuis son accident, quelque chose s’est brisé en Mr. Jarrow. Sa femme aimante et bien vivante, il s’est convaincu qu’elle était morte, alors il ne s’adresse à elle que lors de séances de spiritisme. Sa fille, en passe de devenir vieille fille, supporte toutes ses manies en se berçant d’illusions sur les intentions de son voisin : Mr. Holme. Et ce monde déjà bancal est menacé : un tueur fou rode à Middenshot.

Continuer à lire … « Le temps qu’il fait à Middenshot »

L’amour au temps des scélérats

Un roman d’Anouar Benmalek publié aux éditions Emmanuelle Collas

A la frontière entre Turquie et Syrie se présente un étrange candidat au Jihâd, du nom de Tammouz. Qui est-il, cet avatar du diable, aimé des chats ? Parti à la recherche de la femme qu’il a aimée , Tammouz rencontre sur sa route Zayélé, adepte d’une vieille religion minoritaire, mais aussi Adams, engagé avec le Kurde Ferhat dans les forces démocratiques syriennes qui se battent contre Daesch, ou encore Houda et Yassir, l’apprentie artiste et son amant, tous les deux en fuite… Des personnages attachants qui, dans une Syrie devenue folle, devront choisir entre conscience et survie. 

Continuer à lire … « L’amour au temps des scélérats »

Les enfants de la Volga

Un roman de Gouzel Iakhina traduit par Maud Mabillard et publié aux éditions Noir sur Blanc

Dans le petit village de Gnadenthal, sur les rives de la Volga, autour de 1920, Nous sommes dans la région de la Volga, l’instituteur Jakob Bach mène une vie tranquille. Il appartient à cette communauté d’Allemands venus peupler la Russie au 18ème siècle à l’instigation de l’impératrice Catherine II.
Un mystérieux message invite Bach à enseigner l’allemand à Klara, une jeune fille vivant avec son père dans une ferme isolée sur l’autre rive de la Volga.

Continuer à lire … « Les enfants de la Volga »

Les pommes Antonov

Un recueil de nouvelles d’Ivan Bounine traduit par Claire Hauchard et publié aux Editions des Syrtes

Ecrites entre 1900 et 1949, les nouvelles réunies dans ce recueil nous projettent dans un univers où la nature imprime aux hommes ses paradoxes et ses débordements. Pris dans la tourmente de la guerre, dévorés par les passions amoureuses, ou en proie aux souvenirs cruels, les personnages de Bounine affrontent les épreuves par le biais d’un imaginaire incandescent. Leur sincérité et leur force d’âme nous les rendent étonnamment proches dans leur étrangeté même. Leur solitude est un exil intérieur, miroir de la condition de l’auteur.

Continuer à lire … « Les pommes Antonov »