Sur les ossements des morts

Un roman d’Olga Tokarczuk publié aux éditions Libretto

sur les ossements des morts couv

Après le grand succès des « Pérégrins », Olga Tokarczuk nous offre un roman superbe et engagé, où le règne animal laisse libre cours à sa colère. Voici l’histoire de Janina Doucheyko, une ingénieure en retraite qui enseigne l’anglais dans une petite école et s’occupe, hors saison, des résidences secondaires de son hameau. Elle se passionne pour l’astrologie et pour l’œuvre de William Blake, dont elle essaie d’appliquer les idées à la réalité contemporaine. Aussi, lorsqu’une série de meurtres étranges frappe son village et les environs, au cœur des Sudètes, y voit-elle le juste châtiment d’une population méchante et insatiable.


La police enquête. Règlement de comptes entre demi-mafieux? Les victimes avaient toutes pour la chasse une passion dévorante. Quand Janina Doucheyko s’efforce d’exposer sa théorie – dans laquelle entrent la course des astres, les vieilles légendes et son amour inconditionnel de la nature – , tout le monde la prend pour une folle. Mais bientôt, les traces retrouvées sur les lieu des crimes laisseront penser que les meurtriers pourraient être … des animaux!


Les Sudètes – Pologne. Un petit hameau, celui de Luftzug, battu par les vents. Occupé l’hiver par seulement trois habitants : Grands Pieds, Matoga et Janina Doucheyko. Enfin, c’est comme cela que cette dernière a surnommé ses voisins.

Ingénieure à la retraite, professeure d’anglais occasionnelle, ses journées sont organisées autour de sa passion pour l’astrologie, son amour des animaux et les rencontres avec ses fidèles amis : Dyzio et Bonne Nouvelle.

Ce rythme si routinier va être brisé par la mort soudaine de Grands Pieds.

Puis, ce sont d’autres morts étranges qui surviennent.

Le seul point commun entre toutes les victimes : la pratique de la chasse.

Janina en est persuadée : les animaux se vengent de ceux qui leur ont fait du mal. ✨
Pourtant, personne ne veut la croire. Comment convaincre les forces de l’ordre du bien-fondé de sa théorie ?

Auréolée du Prix Nobel de littérature 2018, Olga Tokarczuk offre un polar étrange. Bien loin des romans qui semblent contenir plusieurs rebondissements par page.

C’est un livre qui se savoure, qui distille petit à petit une ambiance oppressante.

Olga Tokarczuk prend le temps de poser un cadre et un rythme. Ici, la lenteur permet au lecteur de s’immerger dans cette vie isolée, mais pas solitaire. De découvrir la vie de la narratrice. De faire connaissance avec ce petit hameau et la ville alentour où, au final, l’homme paraît le plus bestial de tous ses occupants.

Les animaux sont-ils responsables des morts survenues ? Chut, laissons planer le mystère.

Au final, vous pourrez, outre lever le voile sur cette énigme, vous imprégner d’astrologie, de poèmes de Blake, de réflexions sur le sens de la vie.

Olga Tokarczuk a su me toucher par cette ode à la nature atypique et j’ai hâte de découvrir d’autres de ses romans.

Et vous, avez-vous déjà lu un livre de cette écrivaine polonaise ?

A peine sortis de la maison, nous avons été saisis par cet air glacé et humide qui, hiver après hiver, nous rappelle que le monde n’a pas été créé pour l’homme et nous démontre durant une bonne partie de l’année à quel point il nous est hostile. Le froid nous mordit brutalement les joues, tandis que des nuées blanches s’échappaient de nos lèvres. La lumière du perron s’était éteinte automatiquement et nous avancions à travers une neige crissante, dans le noir complet, exception faite de la lampe frontale de Matoga, qui trouait les ténèbres d’un petit point mobile, progressant juste devant lui. Moi, je trottais derrière, dans la pénombre.

Une réflexion sur « Sur les ossements des morts »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s